Please use this identifier to cite or link to this item: https://repositorio.uca.edu.ar/handle/123456789/12479
Título : Anthropologie des basses terres de l’Amérique du Sud
Autor : Combès, Isabelle 
Córdoba, Lorena Isabel 
Villar, Diego 
Palabras clave : ANTROPOLOGIATIERRAS BAJASAMERICA DEL SUR
Fecha de publicación : 2020
Editorial : Centre national de la recherche scientifique. Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain. Laboratoire d'anthropologie et d'histoire de l'institution de la culture (Francia)
Ministère de la Culture. Direction des Patrimoines (Francia)
Cita : Combès, I., Córdoba, L.I., Villar, D. Anthropologie des basses terres de l’Amérique du Sud [en línea]. BEROSE International Encyclopaedia of the Histories of Anthropology. 2020 Disponible en: https://repositorio.uca.edu.ar/handle/123456789/12479
Proyecto: Antropología de las tierras bajas sudamericanas (Bérose - Encyclopédie internationale des histoires de l’anthropologie) 
Tabla de contenidos: Abstrait: Depuis les premiers contacts, les « basses terres » de l’Amérique du Sud ont été définies d’une façon résiduelle, puisque l’expression désigne toutes les régions qui n’appartiennent pas aux Andes : l’immense Amazonie, le Chaco, la Patagonie, le littoral atlantique. En effet, les basses terres ont été pensées comme une sorte d’image en négatif du tableau que les sociétés andines présentaient aux conquistadores : à l’instar de l’Amérique Centrale, avec leurs rois et leurs nobles, leurs armées nombreuses, leurs excédents productifs et leurs constructions monumentales, les Andes et ses habitants offraient une image exotique, certes, mais aussi plus compréhensible ou, pour le moins, plus facile à identifier : l’image d’un État consolidé, de peuples agriculteurs et sédentaires, avec une certaine densité démographique, était plus familière aux Européens. Il n’est donc pas étonnant que, pour tenter de comprendre les peuples qui vivaient à l’Est des Andes, au-delà du piémont, les observateurs européens aient le plus souvent recyclé les préjugés, les catégories génériques et les stéréotypes de sauvagerie ou de barbarie qui étaient ceux des Andins eux-mêmes, et aient pensé les peuples des basses terres à partir du prisme réducteur des « Anti », des « Chuncho » ou des « Chiriguano » – tous des termes génériques et méprisants, équivalents de nos « sauvages » ou nos « barbares ».
URI : https://repositorio.uca.edu.ar/handle/123456789/12479
ISSN : 2648-2770
Disciplina: CIENCIAS SOCIALES
Derechos: Acceso abierto
Appears in Collections:Artículos

Files in This Item:
File Description SizeFormat
anthropologie-basses-terres.pdf219,47 kBAdobe PDFView/Open
Show full item record

Google ScholarTM

Check



This item is licensed under a Creative Commons License Creative Commons